Depuis 1926, c’est à cette même adresse, dans une bastide datant du XVIII ème siècle que nous perpétuons les créations de la Faïencerie Louis Sicard. La grande cheminée qui domine notre atelier est l’unique vestige des immenses fours à bois utilisés autrefois. Une des deux dernières sur la ville d’Aubagne, classée aux Bâtiments de France,  symbole et fierté de notre art faïencier. 

ARGILE & METHODE

L’argile blanche utilisée est soigneusement sélectionnée et provient de France et d’Italie. Nous utilisons plusieurs méthodes, entièrement manuelles, pour la mise en forme de cette argile.

Le coulage, pour lequel la terre liquide est versée dans des moules en plâtre dont elle va épouser les reliefs. Après quelques heures, selon l’humeur et l’humidité du temps, la pièce est prête à être démoulée et retouchée.

Pour la vaisselle, c’est l’ancienne technique de l’estampage. Celle-ci permet de créer une pièce à partir d’une galette de terre déposée sur une forme en plâtre, pour en reproduire le relief au tournage.

Une fois retouchées, les pièces sont mises à sécher plusieurs jours avant une première cuisson à 1040°. Au sortir de cette première cuisson les pièces cuites sont appelées « biscuit ».

DÉCORATION

Chaque pièce de biscuit est en suite décorée à la main avec des couleurs vitrifiables, en respectant rigoureusement les décors mis au point par Louis Sicard. Dans le même temps la signature est apposée au dos de chaque pièce; authentique preuve d’origine et de qualité.

Puis les pièces sont plongées dans un bain d’émail qui va recouvrir la surface d’un vernis sous lequel le décor est dissimulé. L’émail que nous utilisons, garanti sans plomb, nécessite une retouche manuelle à sa sortie du bain afin d’en corriger les petites imperfections.

Une deuxième cuisson autour de 1000°C va transformer ce vernis en une mince couche de verre qui va révéler la décoration par transparence et la fixer de manière inaltérable.

Ces différentes étapes de fabrication, entièrement manuelles, rendent chaque pièce unique.